Politique RH

Kem One conduit des actions pour favoriser la diversité au sein de ses équipes.

KEM ONE est une entreprise socialement responsable, engagée en faveur de la diversité, en particulier :

  • l’égalité professionnelle entre hommes et femmes ;
  • la pluralité des âges dans l’entreprise ;
  • l’emploi de personnes en situation de handicap.

Elle favorise le développement des compétences essentielles à la réussite de l’entreprise

Chaque salarié a un rôle à jouer dans son évolution professionnelle. Dans cette démarche, il est accompagné par la fonction ressources humaines, en relation avec sa hiérarchie dans le cadre d’une gestion de carrière personnalisée. Le maintien et le développement des compétences sont des axes forts de la politique RH, couplés à un effort de formation ambitieux, nécessaire pour évoluer dans un environnement technique et économique exigeant.

Index égalité salariale femmes-hommes

Calculé pour la première fois en 2019, au titre de l’année 2018, l’index de Kem One atteint le score de 73/100. Un résultat qui traduit déjà des avancées, mais reste insuffisant au regard des obligations fixées par la loi et des ambitions de l'entreprise.

« L’égalité professionnelle homme-femme fait partie intégrante de notre politique sociale depuis de nombreuses années, commente Stéphane Décout, directeur des Ressources humaines. En particulier, nous sommes très attentifs à l’égalité de rémunération et nous corrigeons les écarts quand nous en constatons. Toutefois, nous devons progresser sur la répartition des augmentations individuelles et des promotions, comme sur l’accession des femmes aux plus hauts postes de l’entreprise. »

La structure de notre population, avec une population plus masculine sur une majorité de postes d’ouvriers, de techniciens et d’agents de maîtrise en fabrication et dans les fonctions techniques, explique en partie ces résultats. Cet écart est également perceptible sur les promotions, sur des métiers occupés majoritairement par des hommes.

Kem One engagera les actions nécessaires pour continuer de progresser en matière d’égalité professionnelle et atteindre le seuil de 75 points exigé par la loi, parmi lesquelles :

  • Le maintien d’une enveloppe salariale annuelle pour réduire les écarts de rémunération ;
  • Une attention particulière portée lors de l’attribution des promotions et des augmentations individuelles ;
  • La poursuite de la féminisation des fonctions techniques et de production doit être poursuivie, au-delà des fonctions aujourd’hui occupées par des ingénieurs et cadres.